conservatoireroyaldebruxelles

logomini_crb
Fiche de cours - Description des unités d'enseignement (U.E.)

Analyse musicale 603

Abréviation courante : AnaMus603


Date de mise à jour : 20/04/2020
Date d'affichage/d'impression : 23/09/2020
Activité(s) d'apprentissage :
Analyse musicale (Cours / Q1Q2 -- x1)

Acquis d’apprentissage et Objectifs:

1. Développer l’intelligence artistique de l’étudiant, c’est-à-dire sa compréhension critique et autonome des divers enjeux soulevés par la confrontation au phénomène musical. 

- Enjeux techniques les plus directement pratiques:

Contribuer au développement d’une oreille analytique, c’est-à-dire au service d’une compréhension active (via la reproduction, la transposition et la modulation notamment) du morceau étudié. (*1, 2, 3, 7). 

Entraîner à une lecture efficacement analytique de la partition: forme, grandes articulations, sens, etc. (*1, 2, 3) 

S’exercer aux techniques de "décomposition" et de description d’une pièce (selon les critères contextuels, fonctionnels, de genre, forme et style), ainsi qu’à l’évaluation du rapport structurel que ces éléments entretiennent entre eux. (*2, 3, 4).

- Enjeux analytiques se situant dans une perspective d’appropriation et de développement "humain" de l’étudiant (esprit universitaire, critique, développement de facultés plus générales et théoriques incitant à prendre du recul sur ce qui est appris ainsi que sur l’apprentissage lui-même …), notamment avec la dimension pédagogique pour horizon:

Contribuer au développement d’une réflexion personnelle et active sur la définition du phénomène musical lui-même (*2-6). 

Inciter l’étudiant durant l’analyse à « se mettre à la place du compositeur », tant dans le but de la compréhension intime que d’une incitation à l’émancipation créative (*1-4, 6) 

Aider à établir tous les liens nécessaires entre styles et esthétiques (musiques scolastiques, populaires, cinéma, etc.). (*2-4, 6). 

Encourager l’étudiant à relier les éléments découverts, à les clarifier et à les restituer à son tour de différentes manières (oral, écrit, présentation de travaux, de concerts, etc.). (*1-6). 

2. Doter l’étudiant d’un ensemble cohérent (et transposable d’une esthétique à l’autre) et pointu d’outils analytiques. (*1-6).

3. Contribuer à la mise en lien de toutes les disciplines et activités d’apprentissage abordées par l’étudiant au cours de ses études au Conservatoire, et ce dans la ligne active du Projet pédagogique synergique de celui-ci. Les outils sociologiques (le professeur d’analyse dispensant également cette matière) sont ici mis au service de l’analyse et de la compréhension la plus intime possible du phénomène musical. (*1-6). 

Sources et Contenus:

- Analyse formelle, stylistique, ‘thématique’, mais aussi fonctionnelle (la musique ne "fonctionnant" au sens propre que dans des contextes humains spécifiques (situation d’écoute, de concert, de jeu, etc.). (*2-4, 6).

Etude historicisée du matériel utilisé par les compositeurs: systèmes modaux, tonaux, méthodes de composition, etc. (*1-4).

- Etude des éléments suivants: la modalité à la Renaissance et à l’époque baroque, le système tonal aux baroques, classiques et romantiques, évolution des formes musicales, rappel synthétique des formes et techniques classiques de composition (formes sonates diverses et complexes, formes mixtes (Rondo-Sonate, Forme Sonate de Concerto)), formes romantiques et kaléidoscopiques, chromatisme wagnérien, formes modernes complexes, tonalité et modalité dans la musique «impressionniste», abord des langages les plus contemporains. Tour d’horizon des genres les plus variés (musique vocale, opéra, concerto, symphonie, sonate, musique de chambre, etc.), observation comparée des diverses techniques de figuralisme à travers le temps, etc. (*1-6).

- Un "Aide-Mémoire" substantiel est fourni aux étudiants. Il ne s’agit pas d’un syllabus reprenant chronologiquement toute la matière, mais d’un récapitulé exhaustif, systématique et circonstancié de toutes les techniques d’analyse vues au cours ainsi que de tous les concepts abordés (modalité, thématique, figuralisme, genres, etc.). Une vaste bibliographie est présente à la fin du document. Le professeur fournit également aux étudiants les documents et partitions nécessaires au travail en classe et à domicile. (*1-6). 

Un Power Point détaillé illustre l’ensemble du cours. Il facilite les liens à établir avec de nombreux éléments extérieurs (autres œuvres, autres arts, contexte). Certaines partitions ne sont présentées que via ce cadre, dans un but notoirement écologique. Mais les références sont intégralement données aux étudiants, et le temps nécessaire à l’assimilation de tout par tous est naturellement pris au cours. 

Références:

Dans des buts aussi bien historiques, critiques que pédagogiques, l’accent est mis sur les ouvrages les plus représentatifs des esthétiques étudiées. Les œuvres ayant fait l’Histoire sont donc privilégiées. Liste non-exhaustive de compositions vues ou pouvant être vues au cours:

- Chansons française de la Renaissance (Passereau, Josquin, etc.) 

- Comparaison entre Scènes d’opéra et Madrigaux du premier baroque (exemple: Lamento d’Ariana) 

- Forme de concerto à ritournelle (exemple: Concertos pour violon de Vivaldi) 

- Formes sonates diverses et variées (Mozart, Musique de chambre, Sonates pour piano, Symphonies, concertos) 

- Formes romantiques et nouvelles techniques d’unification thématique (travail motivique, l’idée fixe chez Berlioz, leitmotive chez Wagner, etc.) 

- Pièces pour orchestre et/ou piano de Debussy (exemple: Prélude divers) 

- Pièces pour piano de Ravel 

- Pièces d’orchestre de Stravinsky 

- Abord des œuvres plus récentes, mais en moins développé que le cours d’Analyse approfondie 701/702. 

- Etc.

Méthodes et Organisation pratique du cours:

- Cours collectif de 2 heures/semaine (une fois par semaine). Présence non obligatoire mais souhaitable: l’analyse musicale est avant tout une pratique artistique et des notes de cours ou le seul travail à domicile n’équivalent pas pédagogiquement les bénéfices que peut apporter une présence active au cours (matériel, discussions, intelligence collective, etc.).

- Exposés théoriques toujours interactifs et basés immédiatement sur la pratique auditive (captations diverses), jouée (piano) et lue (partition) de l’ouvrage étudié. (*1-6).

- Analyses réalisées par groupe, la réflexion individuelle, l’émulation, les relations entre étudiants et l’intelligence collective étant ainsi fortement mis à profit. (*1-6).

- Présentation et développement d’une méthode d’analyse sur plusieurs niveaux:

1) Un premier découpage rapide, historiquement fondé, en termes de fonction, genre, forme et style. (*2-6). 

2) Un second, très détaillé, consacré au séquençage étayé (nombreux critères formels et stylistiques) de la partition étudiée. Et ce bien sûr en référence à la méthode «R.O.I.» (pour Relever, Ordonner, Interpréter) d’Edwin Clapuyt, titulaire des Cours d’Analyse musicale 601 et 602, ceci dans un but évident de continuité pédagogique. (*1-3, 6).

Evaluations:

- À l’issue du second quadrimestre (Q2), évaluation écrite portant sur la matière vue au cours de l’année académique (Q1 et Q2), ainsi que sur les compétences développées durant cette période. Cet examen comptera pour 100% du total des points de l’année. 

Les étudiants sont tenus au courant, précisément, du type de questions auxquels ils seront confrontés. Celles-ci seront à la fois:

1) de type pratique (exercice concret sur les rapports entre ton et mode, modalité et tonalité par exemple), 

2) synthétique (restitution personnelle d’une question de cours (définir par exemple les enjeux d’une forme mixte comme celle de la Forme Sonate de Concerto classique, ou des chromatismes comparés chez les classiques et les romantiques, etc.)) 

3) et directement appliquée: analyse in situ d’une partition distribuée le jour même, selon certains critères indiqués ponctuellement mais dûment travaillés durant l’année.

- En cas d’échec, un nouvel examen, défini exactement dans les mêmes termes et pour la même matière, est organisé lors du Q3 (session d’examen d’août-septembre).

- L’activité d’apprentissage étant annuelle, il n’y a pas d’évaluation intermédiaire à la fin du premier quadrimestre.

* Référentiels de compétence de l’ARES – Bachelier en Musique – tous les instruments.